ΤΟ ΝΕΟ ΠΡΟΓΡΑΜΜΑ 2010-11

KLIKKKKKKKKKKKKKKK

EUROART PRESS 1: ΤΟ ΝΕΟ ΠΡΟΓΡΑΜΜΑ 2010-11 ART-ACT

art-act THE NEW PLAN 2010-11

http://2010-2011-programa-art-act.blogspot.com/
ALL THE SELECTED DATA COME FROM INFORMATIONAL E-MAILS (BY ARTISTS AND GALLERIES) TO THE EUROART PRESS.


MATERIAL SELECTION IS UNDER THE EDITORSHIP OF CHRISTOS THEOFILIS.


YOU CAN SEND PHOTO AND INFORMATION OF YOUR EXHIBITION TO ART-ACT@TELLAS.GR AND IF IT IS CHOSEN,ΙΤ WILL BE POSTED IN EUROART PRESS.
ΟΛΕΣ ΟΙ ΕΠΙΛΕΓΜΕΝΕΣ ΑΝΑΡΤΗΣΕΙΣ ΕΙΝΑΙ ΑΠΟ ΕΝΗΜΕΡΩΣΕΙΣ 'E-MAIL' GALLERY - ΕΙΚΑΣΤΙΚΩΝ - ΕΝΤΥΠΩΝ ΤΕΧΝΗΣ ΠΡΟΣ ΤΟ EUROART PRESS
ΣΤΕΙΛΤΕ ΣΤΟART-ACT@TELLAS.GR ΤΙΣ ΕΚΘΕΣΕΙΣ ΣΑΣ ΦΩΤΟ. ΔΕΛΤΙΟ ΤΥΠΟΥ ΚΑΙ ΑΝ ΕΠΙΛΕΓΟΥΝ ΘΑ ΑΝΑΡΤΗΘΟΥΝ

ΕΠΙΜΕΛΕΙΑ ΥΛΗΣ ΕΠΙΛΟΓΗ ΧΡΗΣΤΟΣ Ν. ΘΕΟΦΙΛΗΣ



[Π. ΓΕΝ.ΓΡΑΜΜΑΤΕΑΣ Ο.Σ.Δ.Ε.Ε.Τ.Ε./ Π.ΤΑΜΙΑΣ ΤΟΥ Ε.Ε.Τ.Ε. / ΜΕΛΟΣ ΠΑΝΕΛΛΗΝΙΑΣ ΕΝΩΣΗΣ ΛΟΓΟΤΕΧΝΩΝ Π.Ε.Λ. / ΜΕΛΟΣ A.I.C.L. ASSOCIATION INTERNATIONALE DE LA CRITIQUE LITTERAIRE /ΕΠΙΜΕΛΗΤΗΣ ΕΚΘΕΣΕΩΝ/ επιμελητής της στήλης 'αυτοπροσδιορισμοί' των σελίδων γράμματα - τέχνες - εικαστικά της εφημερίδας 'η αυγή' και συνεργάτης του περιοδικού ΄Culture΄ της εφημερίδας ‘’ο κόσμος του επενδυτή’’]


Διαβάστε με το ποντίκι, THN ΣΤΗΛΗ 'ΑΥΤΟΠΡΟΣΔΙΟΡΙΣΜΟΙ' ΣΤΗΝ ΕΦΗΜΕΡΙΔΑ ' Η ΑΥΓΗ '

Διαβάστε με το ποντίκι, THN ΣΤΗΛΗ 'ΑΥΤΟΠΡΟΣΔΙΟΡΙΣΜΟΙ' ΣΤΗΝ ΕΦΗΜΕΡΙΔΑ ' Η ΑΥΓΗ '

'ΑΥΤΟΠΡΟΣΔΙΟΡΙΣΜΟΙ'

ΓΙΑ ΤΗΝ ΑΝΑΠΤΥΞΗ ΛΕΙΤΟΥΡΓΙΚΗΣ ΠΟΛΙΤΙΣΜΙΚΗΣ ΑΠΟΨΗΣ.
Η ΣΤΗΛΗ ΛΕΙΤΟΥΡΓΕΙ ΩΣ ΚΕΛΥΦΟΣ ΛΟΓΟΥ – ΟΡΑΜΑΤΟΣ - ΠΡΟΘΕΣΗΣ ΚΑΙ ΚΑΤΑΓΡΑΦΗΣ ΤΟΥ ΧΩΡΟΥ-ΧΡΟΝΟΥ ΠΟΥ ΔΡΑ Ο ΣΥΓΧΡΟΝΟΣ ΔΗΜΙΟΥΡΓΟΣ.
ΟΙ ‘ΣΥΝΔΑΙΤΥΜΟΝΕΣ ‘ ΑΥΤΟΠΡΟΣΔΙΟΡΙΖΟΝΤΑΙ ΚΑΙ ΑΠΟΤΕΛΟΥΝ ΤΟ ΟΧΗΜΑ ΥΛΟΠΟΙΗΣΗΣ ΤΗΣ ΙΔΕΑΣ ΓΙΑ ΑΝΟΙΧΤΟ ΔΙΑΛΟΓΟ.ΠΡΟΤΑΣΗ-ΕΠΙΜΕΛΕΙΑ ΧΡΗΣΤΟΣ Ν. ΘΕΟΦΙΛΗΣ art-act@tellas.gr



11/03/2009 Χαράλαμπος Δαραδήμος ΟΣΔΕΕΤΕ http://www.avgi.gr/NavigateActiongo.action?articleID=440930


25/03/2009 Γιάννα Γραμματοπούλου ΠΣΑΤ http://www.avgi.gr/NavigateActiongo.action?articleID=440929

08/04/2009 Μαρία Μαραγκού Eλληνικό τμήμα της Διεθνούς Ένωσης Κριτικών Τέχνης, (ΑICA) http://www.avgi.gr/NavigateActiongo.action?articleID=445553

15/04/2009 ΜΙΧΑΛΗΣ ΑΡΦΑΡΑΣ http://www.avgi.gr/NavigateActiongo.action?articleID=441565

22/04/2009 ΓΙΩΡΓΟΣ ΓΥΠΑΡΑΚΗΣ http://www.avgi.gr/NavigateActiongo.action?articleID=441564

06/05/2009 Μανώλης Ζαχαριουδάκης http://www.avgi.gr/NavigateActiongo.action?articleID=441563

20/05/2009 ΞΕΝΗΣ ΣΑΧΙΝΗΣ http://www.avgi.gr/NavigateActiongo.action?articleID=441561

Ημερομηνία δημοσίευσης: 03/06/2009 Αννα Χατζηγιαννάκη http://www.avgi.gr/ArticleActionshow.action?articleID=463805

ΘΑΝΑΣΗΣ ΜΟΥΤΣΟΠΟΥΛΟΣ Ημερομηνία δημοσίευσης: 17/06/2009 http://www.avgi.gr/ArticleActionshow.action?articleID=468143

ΡΟΓΚΑΚΟΣ ΜΕΓΑΚΛΗΣ http://www.avgi.gr/ArticleActionshow.action?articleID=492005

ΑΓΡΑΦΙΩΤΗΣ ΔΗΜΟΣΘΕΝΗΣ http://www.avgi.gr/ArticleActionshow.action?articleID=493924


ΗΛΙΑΣ ΧΑΡΙΣΗΣ Ημερομηνία δημοσίευσης: 07/10/2009 http://www.avgi.gr/ArticleActionshow.action?articleID=496002

Αναγνώστες

klikk Αναγνώστες για αμεση ενημερωση

klikk   Αναγνώστες  για αμεση ενημερωση

ΚΑΝΕ ΚΛΙΚ ΣTA BLOGSPOTS TOY ΑRT-ACT@TELLAS.GR

Αρχειοθήκη ιστολογίου

Σάββατο, 16 Μαΐου 2009

André Rouillé La force géologique des œuvres 03 mai 2009 Numéro 276


André RouilléLa force géologique des œuvres03 mai 2009Numéro 276

La deuxième édition de la triennale d’art contemporain «La Force de l’art», qui vient d’ouvrir au Grand Palais, tranche heureusement avec la première édition qui avait été lancée en 2006 dans la précipitation pour colorer de culture et de modernité les ambitions présidentielles de l’ancien Premier ministre Dominique de Villepin — depuis lors neutralisé par son propre camp politique. A l’époque, l’exposition n’était guère qu’un bric-à-brac d’œuvres hétéroclites choisies à la va-vite, sans propos ni vision coordonnés, par une dizaine de commissaires choisis par cooptation et copinage, enfermés dans leur individualisme, à défaut d’élaborer un projet collectif cohérent.Aujourd’hui, en pénétrant sous l’ample verrière du Grand Palais, on est d’emblée frappé par la qualité et la vigueur de la lumière ainsi que par les géométries et la blancheur du dispositif d’exposition qui occupe presque toute la longueur de la nef. La qualité et la puissance de ce blanc, qui irradie dans l’espace et illumine les œuvres, sont dues à l’architecte Philippe Rahm, dont le travail s’est déroulé conjointement à celui des trois commissaires: Didier Ottinger, Jean-Louis Froment et Jean-Yves Jouannais.Ce dispositif, que Philippe Rahm nomme «géologie blanche», est en lui-même un formidable opérateur théorique et esthétique, qui démonte le modèle du white cube moderniste dont la rigidité et la clôture ont littéralement soumis à sa loi l’art occidental du XXe siècle.Alors que le white cube était, et reste en effet dans la forme-galerie, un réceptacle fermé, structurellement figé, coupé de l’espace et de la lumière extérieurs; alors qu’il masque, sous des apparences de neutralité et de transparence, une redoutable machine à formater les œuvres, à les mettre à distance du monde, et à les projeter dans l’univers de l’interchangeabilité marchande; alors, donc, que le white cube installe le spectateur devant l’œuvre dans une solitude et une proximité propices aux regards subjectifs et soumis à l’ordre du discours; la «géologie blanche», elle, agence différemment les éléments de l’exposition : leurs forces, leurs relations, leur visibilité, leurs formes et leurs matériaux.Les volumes et les formes, les chemins et les places, les montées et les déclivités, les rétrécissements et les trouées, les ciels ouverts, translucides ou opaques, rien de ce qui compose le grand plateau de la «géologie blanche» n’est arbitrairement défini en conformité à une forme préétablie. Tout est au contraire conçu en résonance avec les forces et les relations que les œuvres entretiennent les unes avec les autres; en fonction de leurs volumes, poids, formes, matières et couleurs; et en vue de créer les conditions de la visibilité dont elles ont besoin. «Ce n’est pas l’œuvre d’art qui s’adapte à l’architecture, mais l’architecture qui se plie aux exigences de l’œuvre d’art» (Philippe Rahm).Faire ainsi écho à ces sortes de forces géologiques par lesquelles les œuvres agissent souterrainement sur la forme de l’exposition pour en faire un paysage (ou une ville) toujours singulier de positions, de voisinages, d’espaces, de couleurs, de matières visuelles et sonores, de vibrations et de lumière, cela revient à passer d’une logique du sens à une logique de la sensation ou, selon les termes de Philippe Rahm, de la «pensée structurelle à la pensée climatique».La «pensée climatique» qui préside aux «compositions thermiques» de Phlippe Rahm s’accorde avec celle des commissaires qui ont délibérément choisi les œuvres sans «aucun thème, aucune notion pour les lier, motiver leur réunion, pour les justifier comme éléments d’un texte, d’un récit» (Jean-Yves Jouannais).Pour mesurer et éprouver par différence la singularité, et la force précisément, de cette posture, il suffit de se rendre à l’exposition «Une image peut en cacher une autre» qui se tient non loin, dans une autre aile du Grand Palais. Dans cette très conventionnelle exposition, une véritable antithèse de «La Force de l’art», sont très classiquement alignées sur des cimaises 250 œuvres d’artistes d’époques et de cultures différentes en forme d’«images doubles»: par jeu ou par stratégie, l’évidence de chacune d’elles cachant une autre image souvent chargée d’un message moral, symbolique, ou encore religieux, politique ou sexuel. Dans une version institutionnelle du white cube composé d’une enfilade de salles aveugles, uniformément éclairées à
KANE KLIKKKK παλαιοτερες αναρτησεις

GALLERY ΕΠΙΛΟΓΗ-ΑΙΘΟΥΣΕΣ ΤΕΧΝΗΣ ΜΕ ΑΠΟΨΗ

GALLERY ΕΠΙΛΟΓΗ-ΑΙΘΟΥΣΕΣ ΤΕΧΝΗΣ ΜΕ ΑΠΟΨΗ GALLERY ΕΠΙΛΟΓΗ-ΑΙΘΟΥΣΕΣ ΤΕΧΝΗΣ ΜΕ ΑΠΟΨΗ